Eloi Laurent, « Le bel avenir de l’État providence »

Introduction / Protéger l’État providence (parce qu’il nous protège !)

Déboussolée par sept années d’une crise qu’elle n’a ni vu venir ni su contenir, l’Europe est sur le point de commettre une faute historique : démanteler l’État providence. Deux idéologies en apparence éloignées sur le spectre politique unissent aujourd’hui leurs forces pour tenter de convaincre les citoyens du Vieux continent du reflux prochain, à vrai dire déjà en marche et de toute façon inéluctable, de leur protection sociale.
Le premier discours est le mieux connu et le plus convenu : le néolibéralisme le plus simpliste et le moins bien informé ne conçoit le développement économique que comme un jeu à somme nulle entre un état prédateur et un marché libérateur. Plus les dépenses sociales sont élevées, plus elles étouffent le dynamisme économique. Il faudrait donc libérer nos forces vives de l’emprise mortifère de l’État-providence pour retrouver l’oxygène de la croissance.
Le second discours est plus neuf et, à certains égards, plus dangereux. Symptôme de la nouvelle xénophobie européenne, il prétend défendre l’État-providence au nom de la haine de l’autre. Fantasmant un arbitrage d’airain entre solidarité et diversité, il martèle que les Européens ne peuvent plus s’offrir le luxe de la générosité sociale indiscriminée. Seul un tri, sur une base ethnique, entre les autochtones méritants et les intrus profiteurs permettrait de préserver la solidarité nationale. »

Lire la suite