De la métamorphose du vilain petit Famar

Courant 2012-2013, le précédent maire d’Orléans, fan de basket, justifiait la destruction de l’affreux bâtiment Famar (destiné à faire place à une magnifique Arena), en fustigeant un amas de béton disgracieux que personne ne regretterait, ainsi qu’en contredisant l’idée saugrenue que l’on puisse jamais faire quoi que ce soit d’un tel bâtiment. « On ne peut pas réutiliser le bâtiment FAMAR ou alors à des coûts astronomiques et pour y faire quoi, grand Dieu ? Parce qu’on m’a dit : il faut refaire de l’industrie à Famar, mais c’est un anachronisme absolu. Il n’y a pas par évidence une entreprise qui voudrait venir s’implanter dans un site comme celui-là. »
À la suggestion d’y implanter une pépinière d’entreprises, la réponse était cinglante : « proposer une pépinière d’entreprises, c’est surréaliste ! C’est une méconnaissance totale des réalités, pardonnez-moi de vous le dire, parce que ces pépinières, elles existent déjà ! »
En 2015, le nouveau maire d’Orléans, fan des entreprises web 2.0, se démène pour vanter l’importance et l’intelligence de la métamorphose du bâtiment de Jean Tschumi en un (surréaliste) incubateur de start-ups, nouvelle mouture trendy des pépinières d’entreprises du début de ce siècle.
Le nouveau maire d’Orléans est l’ancien 1er adjoint chargé de l’urbanisme et des nouvelles technologies de l’ancien, et l’ancien maire est désormais l’adjoint du nouveau, chargé de notre stratégie métropolistique (métropolitaine, pardon). Vous suivez ?

Mais pas de souci ni de schizophrénie, tout va bien. Oubliée l’affreuse verrue de béton, bienvenue à la métamorphose du bâtiment de Jean Tschumi en Lab’O, à la charge de l’AgglO pour beaucoup moins d’argent que ce qu’annonçait l’ancien maire d’Orléans, c’est une bonne nouvelle. On s’adapte au mieux aux réalités budgétaires, on économise une grosse centaine de millions de l’Arena et l’on se réjouit que ce bâtiment reconnu par ailleurs comme un témoignage architectural important soit réhabilité à moindre coût, et qu’il dynamise l’activité orléanaise par le biais d’entreprises qui, d’évidence, se pressent à venir s’installer dans un site anachronique. Elles ont toutes une méconnaissance totale des réalités, et c’est tant mieux.
 

LaRep-videochantierLab'OLa presse magnifiait les beaux dessins des cabinets d’architectes, et la vue depuis la terrasse du restaurant de luxe prévu au faîte de l’Arena, elle met aujourd’hui en valeur l’adaptabilité des plateaux ouverts, les qualités graphiques des ouvertures et la vue unique d’ « une des plus belles terrasses d’Orléans » sur le toit du Lab’O.

 

Seul regret : ce projet se développe une nouvelle fois sans la moindre consultation du conseil municipal, des Orléanais (et particulièrement des habitants du quartier Saint-Marceau), des responsables associatifs, culturels, éducatifs… Les dossiers « French Tech » qui réussissent ne sont pas une simple agrégation d’entreprises et start-ups qui surfent sur le commerce en ligne et les perspectives d’utilisation toujours plus développées des smartphones. C’est un lieu de rencontres qu’il faut créer, un lieu de confrontation et d’échanges avec les lycéens (il y a au lycée Péguy tout proche une filière renommée d’Arts appliqués), les étudiants (et pourquoi pas, tiens, ceux de l’ESAD ??), les artistes et autres acteurs culturels (le 108 regorge de structures qui œuvrent déjà dans cet esprit), les projets de recycleries… et même, grands Dieux, les citoyens… Des vues décalées, complémentaires, enrichissantes au final pour les projets développés au sein du Lab’O. Pour être novateur, rien de mieux que de casser les codes et les chapelles…
 

Il y a suffisamment d’espace dans le bâtiment Tschumi pour aménager des ateliers et des lieux de rencontre, d’exposition, d’explications. Il y a suffisamment d’espace pour aménager une interface entre les activités développées dans ce bâtiment et la cité qui l’entoure. Depuis 2010, le projet d’utilisation du site Famar a évolué dans le bon sens. Ne reste plus qu’une petite marche pour en faire un lieu ouvert, citoyen et créatif…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website