Pas de « jours meilleurs » en perspective pour les sdf orléanais

Orléans, comme Béziers, méprise la notion d’accueil inconditionnel.

Dans la nouvelle campagne lancée par Emmaüs, le maire de Béziers Robert Ménard est directement visé. Mais à Orléans, où les explications de Serge Grouard pour justifier la baisse sans précédent des subventions du Relais Orléanais (l’association ne respecte pas sa mission première d’aide sociale « et fait plutôt de l’humanitaire ») invoquent le même reproche de fournir une aide d’urgence sans distinction, bénéficiant ainsi y compris à des étrangers sans papiers, ce rappel des valeurs portées par l’association fondée par l’Abbé Pierre résonne avec force.

Emmaus-Ménard-Beziers« Emmaüs pratique l’accueil inconditionnel de tous ». Certes, l’affiche met en évidence une carte d’identité française. Mais cette notion d’inconditionnalité va heureusement bien plus loin que cela, comme en témoigne sans la moindre ambiguïté la charte d’accueil et d’accompagnement du mouvement :

En 2014, le Mouvement Emmaüs réaffirme que toute personne – quels que soient son parcours, son origine, sa confession ou son âge – doit bénéficier d’un accueil inconditionnel. (…)
Fidèle à la valeur de l’accueil inconditionnel, le Mouvement Emmaüs accueille donc toute personne qui frappe à sa porte. Ainsi, l’accueil des étrangers, qu’ils soient en cours de régularisation ou sans papiers, demandeurs d’asile ou déboutés, est une valeur fondamentale au sein du Mouvement. En lien direct avec l’action des groupes, Emmaüs France agit en faveur de la défense du droit des étrangers, prend clairement position dans les débats sur l’immigration et initie ou participe aux actions de soutien pour les personnes en situation irrégulière.

Face à l’extrême précarité, cette inconditionnalité est fondamentale. La mettre en cause, c’est tout simplement empêcher les associations caritatives de mener à bien leur mission.

En 1956, suite au célèbre appel de l’hiver 54 face à la situation insoutenable du mal-logement, l’abbé Pierre et les compagnons d’Emmaüs avaient promu le développement d’un habitat léger, économique, confortable, industrialisable utilisant des matériaux de pointe et pouvant être monté en une journée. À l’aide de l’ingénieur-architecte Jean Prouvé fut ainsi lancée la « maison des jours meilleurs », un espoir pour les sans-abris d’une solution d’urgence pour éviter de mourir dans la rue.
Un exemplaire sera monté en sept heures en bord de Seine, et l’accueil du grand public sera enthousiaste. Mais les normes administratives auront raison de l’ingéniosité de Prouvé : le prototype ne recevra pas d’homologation officielle pour la production en série. Le financement du projet par les pouvoirs publics n’était pas non plus acquis. Mais la marque de lessive Persil avait à l’époque décidé de s’engager dans une grande quinzaine publicitaire de « Solidarité Persil”. Une campagne aux retombées timides dans un premier temps, mais dont la générosité explosera avec le succès de l’installation de la maison-prototype : un million de coupons de 10 francs de l’époque au profit des sans-logis retournés dans les jours suivants.
Lorsque la générosité des pouvoirs publics fait défaut, les citoyens prennent parfois le relais… Faute d’agrément administratif, cela aura été vain malheureusement.

À Orléans, la tourmente médiatique liée à la situation du Relais est quelque peu passée. Pour autant, les problèmes ne sont pas résolus et le Relais orléanais n’a pour le moment pas retrouvé les moyens financiers à la hauteur de sa mission sociale et locale incontournable.
Alors pour palier à cette défection politicienne de la mairie d’Orléans, reste la possibilité de faire un don individuel. Ce don donne droit à une réduction d’impôt à ceux qui ont l’avantage d’en payer. Alors n’hésitez-pas… Il ne sera pas facile de combler les près de 20000 € manquants, mais cela permettra aux bénévoles de l’association de mener plus facilement leur combat sans conditions contre la précarité.

AppelDon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website