20 ans d’aggravation des conditions de logement pour les plus modestes

fondation-abbe-pierreComme chaque année à pareille époque, la Fondation Abbé Pierre présente aujourd’hui son rapport annuel sur « l’État du mal-logement en France », 20e édition. Présentation publique, au Parc des Expositions de la Porte de Versailles à Paris, de 9h à 17h.
Les chiffres mis en avant dans le rapport présenté début 2014 faisaient apparaître que plus de 140000 personnes vivaient dans la rue. Mais aussi que près de 700000 personnes n’ont pas de domicile personnel, et vivent dans des habitations de fortune ou sont contraintes d’être hébergées chez un proche. Nous verrons l’actualisation de ces chiffres avec l’état des lieux 2015, mais comme le souligne la fondation dans sa dernière campagne de sensibilisation, il y a lieu d’être alarmiste puisque le mal-logement progresse sans cesse, notamment dans la catégorie dite des « travailleurs pauvres ».
Même si le précédent rapport avait noté des avancées dans la politique du logement, cet hiver encore la « réponse insuffisante aux besoins immédiats » est criante.

en_cdi_et_sdf_-_campagne_fondation_abbe_pierre_2014

Le droit au logement opposable n’est toujours pas appliqué, la loi de réquisition de logements vides non plus (on estime à plus de 2 millions les logements vacants), pendant que les expulsions locatives explosaient avec la crise. Le mal-logement progresse ainsi inexorablement, amplifiant la précarité liée à l’emploi.
Les lois SRU (solidarité et renouvellement urbains) puis ALUR peinent à apporter des résultats concrets tant l’inertie et les réticences sont grandes pour faire évoluer le marché locatif. Plutôt que de fragiliser, morceau par morceau, ce qui allait dans le sens de la lutte contre l’habitat indigne, de la prévention des expulsions ou de la maîtrise des hausses de loyers, il faut accélérer le mouvement…
Ce que rappelait la Fondation Abbé Pierre, dans un communiqué du 20 juin 2014, à propos de la Loi ALUR : « Il y a urgence, la loi ALUR doit être appliquée ».

Comment une loi, issue de deux ans de concertation, d’un débat parlementaire de neuf mois, de plusieurs avis du Conseil d’État et d’une décision du Conseil Constitutionnel, pourrait-elle ne pas être appliquée ou ne l’être que partiellement par la majorité qui l’a votée ?
 
La situation du logement se dégrade, la Fondation Abbé Pierre ne cesse de le rappeler et d’en alerter les pouvoirs publics. Mais il serait ridicule d’en faire porter la responsabilité à la loi ALUR qui n’est pas encore en vigueur. De plus, cette loi est justement censée s’attaquer aux dérives qui ont participé à la flambée des prix de l’immobilier, qui ne profite qu’à une minorité au détriment de la majorité des ménages, particulièrement des plus modestes.
 
Il serait donc indécent que les lobbies professionnels qui n’ont eu de cesse de combattre cette loi – et d’en obtenir des assouplissements – soient au final mieux considérés que la représentation démocratique qu’est le Parlement. La Fondation Abbé Pierre, qui s’est aussi impliquée dans le débat, a parfois été déçue, mais en est respectueuse. Elle sera donc vigilante à ce que les décrets permettent l’application effective et rapide de la loi.
 
La loi ALUR comporte en outre d’autres avancées importantes qui ne peuvent être négligées ni retardées, dans des domaines aussi vastes que les rapports locatifs, la lutte contre l’habitat indigne, la prévention des expulsions, les copropriétés dégradées ou encore les attributions de logements sociaux…
 
L’intervention des pouvoirs publics dans une régulation des marchés de l’immobilier, dont le coût est devenu insupportable pour le plus grand monde, est plébiscitée par les Français et fait partie des engagements du président de la République.
 
La loi ALUR doit être appliquée. Elle n’est pas la cause d’une construction en berne dont il faut chercher les solutions ailleurs de façon plus volontaire, notamment en libérant plus vite et moins cher le foncier, par une fiscalité immobilière incitative, une planification urbaine au niveau intercommunal et des financements adaptés aux besoins en logements moins chers.

employee_a_temps_partiel_-_mal_logee_a_temps_complet_-_campagne_fondation_abbe_pierre_2014

metro-boulot-metro_-_campagne_fondation_abbe_pierre_2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website