100% des cyclistes sont d’irresponsables et dangereux délinquants

Le Conseil national de la Sécurité routière (CNSR) admoneste les cyclistes pour leurs incivilités, et préconise l’application draconienne d’amendes « minorées adaptées », après qu’une étude diligentée par l’assureur MMA tendait à montrer que 88 % des cyclistes ont déjà commis une infraction à vélo. Aussitôt les médias nationaux et locaux en font un sujet de choix qui suscite les commentaires passionnés, en mode brèves de comptoirs, des utilisateurs de la voirie que nous sommes tous. Il ne faut pas se mentir, le chiffre du sondage MMA est minoré : en réalité, ce sont bel et bien 100 % des cyclistes qui ont un jour ou l’autre, voire quotidiennement, « commis une infraction à vélo ». Il convient même d’aller plus loin dans cet examen d’un cas de conscience sociale absolument vital : les piétons eux-mêmes ne cessent, chaque jour, de contrevenir au Code de la route, et l’on peut déplorer là aussi un taux de 100 % d’infractions quasi quotidiennes.
Il suffit malheureusement de circuler un peu en ville pour constater ces plus que fréquentes incivilités : traversée de la chaussée hors passage piéton, ou bien alors même que le « bonhomme » n’est pas encore au vert, promenade sur les pistes cyclables, voire sur la chaussée pour les plus inconséquents. Ce sont des règles que l’on explique consciencieusement à nos enfants lorsqu’on les accompagne, mais dont on s’affranchit très vite lorsque l’on est seul, pressé, ou simplement parce que l’on n’a pas envie de faire un petit effort supplémentaire.
Je ne reviens pas sur les vélos, tant a déjà été dit : feux, trottoirs, sens interdits…
En circulant ainsi en ville, on constatera par la même occasion que 100 % des automobilistes commettent eux aussi quotidiennement quelques infractions : limite de vitesse, distances de sécurité, stationnement sur les trottoirs ou les pistes cyclables, respect des passages piétons, changement de voie intempestif, feux orange, voire rouge…

Nous sommes tous piétons, parfois cyclistes, et souvent automobilistes, et nous savons bien que le Code de la route n’est jamais intégralement respecté, pour des infractions très très rarement verbalisées. À commencer par les innombrables incivilités et imprudences des automobilistes qui provoquent la quasi-totalité des accidents les plus graves et mettent en danger à la fois les autres conducteurs, les cyclistes et les piétons, très peu protégés.

Bien sûr, il faut tout faire pour que les cyclistes respectent les autres usagers, mais cela commence avant tout par leur fournir des aménagements adaptés. Je vous renvoie sur l’excellente argumentation d’Olivier Razemon, « les 10 raisons pour lesquelles les cyclistes commettent des infractions au code de la route », je ne saurais être plus complet.

Les collectivités sont toutes engagées dans divers plans de déplacements urbains ou de protection de l’atmosphère, sans parler de tous les plans locaux d’urbanisme, projets d’aménagement et de développement durable et autres schémas de cohérence territoriale. Tous affirment des engagements destinés à diminuer la pression de circulation automobile sur nos modes de déplacements et sur la pollution atmosphérique. Favoriser les transports en commun et les déplacements doux est partout affiché comme un objectif incontournable.

Alors prenons garde : il en est de même qu’avec le port du casque à vélo. C’est en effet une excellente chose pour la sécurité du cycliste, mais son obligation dissuaderait une bonne part des volontaires. Sévir en pénalisant les cyclistes sans avoir créé préalablement les conditions favorables à leur déplacement en toute sécurité, cela risque fort de les décourager tout autant.

En zone urbaine, les seuls espaces où le partage de la voirie fonctionne à peu près correctement sont les « zones de rencontre » et les « zones 30 ». Avant de sortir le carnet de contraventions, la première mesure à prendre consiste donc à passer l’ensemble des rues des centres-ville en zone 30.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website